Skip to content

Le Mali a produit 61 tonnes d’or en 2018, selon le ministère des Mines et du pétrole

© 2019 PANAPRESS. All rights reserved. Provided by Syndigate.info, an Albawaba.com company

Selon le ministère des Mines et du pétrole, le Mali a produit environ 61 tonnes d’or en 2018 contre une cinquantaine de tonnes en moyenne depuis 2002, mais cette production record ne prend pas en compte celle de l’orpaillage traditionnel, pourtant très développé dans ce pays classé troisième producteur africain derrière l’Afrique du Sud et le Ghana.

“Avec cette production, le Mali est sur le point de réaliser, au titre de l’année qui vient de s’écouler, une production record depuis son entrée dans la production industrielle d’or, il y a de cela plus d’une trentaine d’années”, indique une note du ministère, qui rappelle que la plus forte production d’or du Mali remonte à 2002, lorsque le site aurifère de Morila (sud) avait réalisé une production exceptionnelle de 63,394 tonnes d’or.

Depuis cette date, la production annuelle moyenne tournait autour de 50 tonnes jusqu’en 2018, où elle a dépassé 60 tonnes, précise le ministère en charge des Mines et du Pétrole, expliquant cette augmentation de la production industrielle d’or par l’ouverture de nouvelles mines, comme Fekola (B2GOLD), Komana et Kodieran, des sites aurifères dans la région de Sikasso, au sud du Mali, et regrettant que la production artisanale échappe au contrôle de l’Etat.

On rappelle que lors de l’ouverture officielle, en juin 2018, des états généraux des secteurs minier et pétrolier du Mali, l’ancien ministre des Mines, le Pr, Tiémoko Sangaré, avait révélé que les statistiques officielles estimaient la production artisanale d’or à 4 tonnes par an, alors que de janvier à avril 2017, la douane malienne avait enregistré plus de 16 tonnes d’or exportées, venant de l’activité artisanale.

En vue de combler ce manque à gagner, le ministère des Mines et du pétrole et ses partenaires ont pris des mesures visant à évaluer la quantité de métal jaune produite sur les placers, parmi lesquelles, la mise en place de comptoirs d’achat sur les sites d’orpaillage dont certains sont opérationnels depuis près d’une année.

Ces mesures bien appliquées vont permettre au Mali de récupérer plusieurs tonnes supplémentaires pour booster la production annuelle, estime le ministère des Mines, qui assure que l’augmentation de la production d’or augure de belles perspectives pour l’économie malienne.

Selon des statistiques du ministère, datant de 2016, le métal jaune représente pour le Mali près de 70 pc des recettes d’exportations, soit environ 25 pc des recettes budgétaires et 8 pc du Produit intérieur brut (PIB).


%d bloggers like this: