Skip to content

(DRC) La mine d’or de Kibali a produit 807,251 onces d’or en 2018 contre 750.000 onces des prévisions

© 2019, Agence Congolaise de Presse, All rights Reserved – Provided by SyndiGate Media Inc.

La mine d’or de Kibali a produit 807.251 onces d’or en 2018 contre 750.000 onces des prévisions, soit une augmentation de 35% par rapport à sa production de l’année précédente, a indiqué son Président directeur général, Mack Bristow, à l’occasion d’un point de presse trimestriel qu’il a tenu lundi à Kinshasa.

Il a fait savoir que cette production est consécutive à l’accroissement réussi de la production de la mine souterraine et à une amélioration constante de la récupération de l’usine de traitement ainsi que celle de l’alimentation.

La production record, a-t-il ajouté, est due aux puits qui opéraient à capacité pleine et à optimisation du système de manutention des matériaux souterrains qui font de Kibali, leader dans l’automation des mines d’or en Afrique.

Il a noté que malgré le niveau d’activité élevé, la mine a enregistré son meilleur record en matière de sécurité de travail et qu’aucun accident n’a été enregistré avec perte de poste au quantième trimestre.

La philosophie de Kibali sur le partenariat, selon M. Bristow, consistait à faire prospérer l’économie locale, avec 39 millions de dollars payés aux entrepreneurs congolais au cours du dernier trimestre de 2018. «Notre engagement envers la RDC, démarré il y a 10 ans lorsque Randgold a commencé à développer Kibali, ne s’est pas amoindri, et que sous la nouvelle bannière de Barrick, nous comptons continuer à apporter une contribution significative et croissante à l’économie du pays et à débloquer de la valeur additionnelle pour nos parties prenantes», a-t-il dit.

Les actions environnementales

Sur le plan environnemental, Mack Bristow a fait savoir que la mine de Kibali a continué dans ce domaine, à compenser l’impact environnemental grce à des projets de reboisement.

Dans ce cadre, 10.130 arbres indigènes ont été plantés sur le site l’année dernière ainsi que la mise en œuvre des initiatives de biodiversité. Sur le plan de la santé, les taux de prévalence du paludisme et du VIH ont continué à baisser et étaient respectivement à 12,9% et 2.8% à la fin de l’exercice.

M. Bristow a rappelé l’apport de son entreprise à la réinstallation avec succès de 1.478 familles du site de Gorumwa dans un nouveau village. Ce qui a permis le développement du prochain satellite dans le plan de la mine, outre la poursuite de l’exploitation des cibles avancées au tour de la mine ayant permis de découvrir de nombreuses possibilités de remplacement des réserves.

Historique de l’exploitation de la mine de Kibali

Située au Nord-est de la RDC, à environ 220 km à l’est du Chef lieu de la province de Haut Uele, la mine de Kibali constitue une des plus grandes mines d’or d’Afrique. Elle est détenue par Kibali Gold mines SA. K qui est une société de coentreprise dont l’actionnariat se décline de la manière suivante : 45% Barrick, 45% d’AngloGold Ashanti et 10% de la société minière de Kilo-moto.

La mine de Kibali comprend une mine à ciel ouvert intégrée et une exploitation souterraine ainsi qu’une usine de traitement de 7.2mtpa. Le premier lingot d’or a été coulé en 2013, à partir des opérations à ciel ouvert tandis que la mise en service de l’opération souterraine complète a été achevée à la fin de 2017.

Mack Bristow a révélé qu’en janvier 2019, un nouveau Barrick est né de la fusion de Barric Gold corporation et randgold resources limited. Les actions de la nouvelle entreprise se négocient à la NYSE. La fusion a créé le géant mondial du secteur aurifère, qui détient cinq des 10 principaux actifs aurifère du niveau 1 du secteur.


%d bloggers like this: