Skip to content

Vers la création d’un cadre incitatif de la filière café-cacao pour l’éclosion économique de la RDC

From: Agence Congolaise de Presse

Le gouvernement de la République entend créer un cadre national incitatif de la filière café-cacao pour le développement du tissu agro-industriel susceptible de booster l’éclosion économique de la RDC, indique un document stratégique du ministère du Commerce extérieur parvenu mercredi à l’ACP.

Le gouvernement a pris cette option dans l’objectif de diversifier l’économie nationale en btissant une économie basée sur le cacao et le café du fait que ces cultures représentent un important gisement d’emplois, un vecteur de création et de distribution des richesses pour le pays.

Selon la source, certaines contraintes liés à la production, à la transformation et à la commercialisation de ces produits agricoles pèsent sur la réalisation de cette option et méritent d’être résolues.

En ce qui concerne la production, le gouvernement à noter la faiblesse des mécanismes de financements, l’encadrement des producteurs, la disponibilité des intrants, la régénération des variétés, la lutte contre les maladies et l’amélioration de la production.

Les contraintes liées à la transformation, souligne la source, constituent un des défis majeurs pour tous les pays producteurs de café-cacao, d’autant plus que 6% des revenus mondiaux de ces cultures sont captés par les pays producteurs contre 70% par les transformateurs.

Cependant la RDC ambitionne s’insérer dans le marché mondial du café et du cacao. Le pays affiche en priorité la question de la transformation avec in fine, une intégration réussie dans les chaînes des valeurs mondiales de ces deux produits. Le gouvernement relève également la nécessité pour le pays de prendre une part active dans le mécanisme de fixation des prix desdits produits, afin de suppléer à la faiblesse des négociations des producteurs et leur garantir des revenus incitatifs.

L’édification d’une chaîne logistique efficiente qui permet de connecter la RDC aux marchés internationaux est aussi citée parmi les contraintes pour une économie cacaoyère et caféière dynamique, poursuit la source.

S’agissant des exportations, la RDC entend développer les stratégies adéquates afin d’assurer la connexion à ce marché et de se faire une place aux côtés des acteurs traditionnels.

La matérialisation de la diversification de l’économie a déjà démarré avec la disponibilisation de plus de 100.000 ha supplémentaires dans le Haut-Uélé. L’objectif étant de faire de ce secteur l’un des piliers de l’économie de la RDC.ACP/FNG/DNM/Wet/Kji

%d bloggers like this: